Accueil > Actualités > Immunothérapie : un nouvel anticorps bispécifique pour traiter le lymphome (...)

Immunothérapie : un nouvel anticorps bispécifique pour traiter le lymphome et la leucémie des cellules B

25/05/2018

Des échantillons de la collection CeVi de l’institut Carnot CALYM ont servi aux études précliniques publiées par Novimmune SA sur un nouvel anticorps bispécifique ciblant CD19 et CD47*.

Le traitement le plus utilisé dans les lymphomes B est la chimiothérapie CHOP combinée à l’anticorps rituximab anti-CD20. Cependant, 30-60% des patients atteints d’une forme indolente sont à la base résistants au rituximab et jusqu’à 50% rechutent après leur traitement et deviennent réfractaires.

Les chercheurs de Novimmune SA ont développé un nouvel anticorps bispécifique, NI-1701, ciblant CD19 et CD47. CD19 est une glycoprotéine transmembranaire largement exprimée dans les cellules B tumorales incluant celles positives au CD20 ou pas. CD47 est une protéine exprimée de façon ubiquitaire et qui assure la médiation d’un signal « ne me mangez pas » (« don’t eat me ») en interagissant avec la protéine régulatrice SIRP1α au niveau des macrophages, bloquant ainsi leur fonction de phagocytose. CD47 est surexprimé par les cellules cancéreuses qui peuvent ainsi échapper aux sentinelles du système immunitaire. L’objectif de NI-1701 est de bloquer l’interaction CD47 spécifiquement sur les cellules B tumorales présentant l’antigène CD19 et de limiter ainsi les effets secondaires hématotoxiques.

Les chercheurs ont démontré que leur anticorps ne se fixait ni sur les érythrocytes, ni sur les lymphocytes T, faiblement sur les plaquettes, et qu’il était bien toléré chez les primates non-humains.

Ils ont testé, en collaboration notamment avec l’équipe rennaise « Microenvironment Cell differentiation, iMmunology And Cancer  » de CALYM, son activité anti-tumorale in vitro sur des lignées cellulaires cancéreuses et des cellules primaires de patients atteints de leucémies (leucémie lymphoïde chronique et aiguë lymphoblastique) et de lymphomes B (lymphome de la zone marginale, macroglobulinémie de Waldenström, lymphomes du manteau, folliculaire, ou diffus à grandes cellules B), issues pour partie, de la collection CeVi. Ils ont montré que NI-1701 permettait d’éliminer efficacement les cellules cancéreuses par phagocytose des macrophages.

Puis ils ont testé NI-1701 in vivo sur des modèles de souris - lignée Raji de lymphome de Burkitt et cellules primaires de patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique - et ont montré qu’il avait un effet anti-tumoral significatif et permettait d’augmenter la médiane de survie des animaux. Son activité a été comparée à celle du rituximab et s’est avérée supérieure dans la réduction de la croissance tumorale. La combinaison des deux anticorps était encore plus efficace et multipliait par 2,45 le temps de survie des souris.

En conclusion, le nouvel anticorps bispécifique NI-1701, développé par la société Novimmune, ouvre la voie à un traitement alternatif relativement sûr pour les patients résistants et/ou réfractaires à la thérapie anti-CD20. Des études cliniques doivent encore valider cette nouvelle approche thérapeutique.

* : Preclinical development of a bispecific antibody that safely and effectively targets CD19 and CD47 for the treatment of B cell lymphoma and leukemia. Buatois et al., Mol Cancer Ther. 2018 May 9